"ARRÊTONS DE MANGER SANS, COMMENÇONS À MANGER AVEC"

Retour

Les beaux jours arrivent et avec eux : Le “Summer Body” !

Les magazines et maintenant les réseaux sociaux partagent des régimes restrictifs ainsi que des entraînements sportifs, visant à avoir “le corps idéal” pour l’été. Ce corps doit être mince et lisse pour les femmes, musclé et dessiné pour les hommes. 

En illustration de ces odes aux corps standardisés, des photos ultra-retouchées d’hommes et femmes censés incarner la réussite. Tout est mis en œuvre pour nous mettre la pression chaque année à l’approche de l’été. 

Cette médiatisation autour du “Summer Body” entraîne chez beaucoup de personnes culpabilité et pression pour atteindre cet objectif. Le “Summer Body” est devenu une sorte d’injonction tacite dans la société : On doit être prêt pour l’été, avoir un corps beau et parfait, éliminer les “excès” de l’hiver... 

Hommes comme femmes vont alors se lancer dans des régimes restrictifs, une hygiène de vie drastique, à laquelle ils ne sont pas habitués, et ainsi “torturer” leur corps pour atteindre l’objectif bikini” qui est prôné par les médias

Le problème est maintenant connu, les régimes entraînent  un effet “yoyo” amenant les personnes dans un cercle vicieux interminable. (cf le cercle vicieux en schéma )

Le “Summer Body”, peut être traduit par “corps de l’été”. L’idée inhérente est que nous avons un corps pour l’été, un pour l’hiver et sûrement d’autres encore pour divers événements de la vie. Ainsi ce corps doit répondre aux standards de beauté imposés par les médias : un corps qui rentre dans un moule, qui ne laisse pas de place à l’individualité,à l’histoire de chacun.Cicatrices, vergetures, acnés, pilosités (...) sont autant de marques que le “summer body” tente de camoufler. N’oublions pas que le corps est le témoin de notre vécu. Il est vivant, il ne peut donc pas être lisse, dénué des marques de notre histoire et du temps qui passe.  Il nous accompagne, notre vie durant, et ne devrait pas être changé pour correspondre aux standards imposés le temps d’un été. 

L’injonction d’avoir un “Summer Body” ne nous apprend pas à avoir un corps qu’on aime, dont on est fier, car il est le témoin des événements que nous avons traversés. 

Et qu’en est-il de la dimension “santé” ? Notre corps est le véhicule qui nous permet de vivre des aventures, d’aimer, de partager. Il est important de prendre soin de la carrosserie, mais également du moteur pour faire un voyage de qualité et profiter au mieux de nombreux étés.

Apprenons à aimer notre corps, chaque jour qui passe, en été comme en hiver. Apprenons à le regarder avec bienveillance, à l’écouter. Notre corps à des choses à nous dire, il nous parle de l’intérieur, mais parle également à la place de notre inconscient (c’est pourquoi le corps est au centre de l’accompagnement diététique et photo-thérapeutique). Lorsque notre corps est écouté et que l’on en prend soin, il nous le rend bien. 

Sortons donc du cercle vicieux du “Summer Body” et intégrons le cercle vertueux du “Life Body” : un corps qu’on apprend à aimer, à écouter, pour améliorer son hygiène de vie en fonction de ses besoins, en être fier, et recommencer encore et encore à l’aimer, à l’écouter…"